Et si on faisait le 10 years Challenge… à l’envers ?

Et si on faisait le 10 years Challenge… à l’envers ?

04/02/2019 Non Par Opportunités au Sénégal

Où vous voyez-vous dans dix ans ?

J’ai dû poser cette question une bonne centaine de fois ces 15 derniers mois.

Et toujours le même regard ébahi chez mon interlocuteur. Comme s’il tombait des nues qu’on puisse lui demander de parler de choses si lointaines, sur lesquelles il n’a aucun contrôle.

what??

 

Ensuite une réponse vague du style « bah dans 10 ans, je veux avoir un travail » ou « bah dans 10 ans je veux travailler dans *insères le domaine d’étude de la personne* » ou encore « je veux être marié, avoir des enfants »….

Des réponses qui me font de plus en plus réaliser que l’on n’a pas appris au jeune sénégalais à réfléchir à ce qu’il veut faire de sa vie, à avoir des rêves, et surtout penser à comment faire pour y arriver.

Eh oui, on a souvent tendance à suivre une voie toute tracée (que nous en soyons conscients ou pas).

C’est simple ; tu nais, tu grandis, tu as 3 à 4 ans de liberté maximum, hop tes parents veulent que tu sois instruit, donc direction la garderie ou le oustaz. 2 ou 3 ans plus tard, tu entres à l’école primaire où tu dois apprendre la même chose et de la même manière que tous les autres (si tu n’es pas content, c’est ton problème et si tu ne travailles pas bien, tu auras de piètres notes, on te taxera de « nullard » et tes parents vont soit te désavouer, soit te bombarder de cours de renforcement -c’est selon leurs moyens financiers). Ensuite le collège, où ni tes parents, ni qui que ce soit d’autre, ne te demande toujours rien. Tout est déjà préétabli comme d’habitude, il faut juste suivre le mouvement. Puis le lycée, où tu vas faire série S ou série L (là non plus, on ne te demande pas de choisir, c’est tes profs qui décident où tu réussiras le mieux). Si tu as de la chance (et beaucoup de volonté), tu finis par obtenir ton BAC et là l’Etat te f*ck up encore plus (excusez du terme). Oui parce qu’à 17/18 ans, on s’en fiche toujours de ce que tu veux faire de ta vie, c’est l’Etat qui choisit quelle spécialité tu vas suivre à la fac en se basant sur les capacités d’accueil des universités. En gros, le sénégalais type n’a jamais eu à décider du chemin qu’il voulait faire prendre à sa vie.

Alors quand on vous pose la question « où vous voyez-vous dans 10 ans », c’est normal que vous soyez perdus. Mais ce serait malheureux si les choses restaient ainsi.

Je pense que toute personne adulte devrait se poser cette question car elle est bien plus profonde qu’elle n’y parait. Elle signifie en réalité « qu’est-ce qui vous rendrait heureux [sur le long terme] ». Elle signifie également « qu’est-ce qui compte réellement pour vous ?».

Cette question amène l’individu à faire une introspection qui lui permettra de mieux se connaitre, visualiser sa vie idéale, et enfin va lui servir de guide dans les pas qu’il va poser à partir de là. Car oui, une fois qu’on sait ce à quoi on veut que notre vie ressemble dans 10 ans, il faut également penser à comment faire pour y parvenir.

Il faut donc essayer de ne pas être trop vague dans sa réponse. ‘Je me vois riche’, ou ‘je me vois mon propre patron’, ne sont donc pas des réponses satisfaisantes, ni pour la personne qui vous fait l’entretien, ni pour vous-même. Parce que savoir que l’on veut être riche ne nous dit pas comment faire pour y parvenir (d’ailleurs, je déconseillerai d’avoir comme unique guide dans la vie l’ambition d’être riche, mais ça on en reparlera).

Pensez plutôt à ce que vous aimez/aimeriez faire et faites des recherches sur comment faire pour évoluer dans le domaine.

Faites-vous un petit plan d’action, qui guidera vos décisions. Si par exemple, vous trouvez, après introspection que vous aimeriez changer les choses dans votre pays, améliorer la vie des gens et que vous pensez avoir un certain leadership et une capacité à rassembler, vous pourriez vous dire dans 10 ans, je me vois engagé en politique et élu comme député. Dans ce cas-là, vous pourriez, par exemple, faire des recherches sur les mouvements politiques qui existent, voir celui qui vous agrée le mieux, comment le rejoindre, vous formez en politique, en prise de parole en public, faire du networking, voir dans combien de temps vous allez quitter votre travail de comptable pour vous y consacrer entièrement, etc. Bref, comprenez qu’il faut avoir un plan. Arrêtez de disperser votre énergie en cognant à toutes les portes. Il ne sert à rien de postuler à toutes les offres d’emploi qu’on voit (quelque soit le domaine), accepter toute sorte de stage, faire toute sorte de formation. Il faut concentrer vos efforts vers l’atteinte d’un objectif ultime et ne taper que sur les portes derrière lesquelles se trouvent des choses qui vous serviront.

Un homme sage a dit un jour « Success occurs when opportunity meets preparation » (Le succès se produit lorsque l’opportunité rencontre la préparation).

Alors, je vous repose la question ; où vous voyez-vous dans 10 ans ?

Aimez et partagez sur :
  • 55
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    55
    Partages